rzeg

Archives de la Mairie de Rocquencourt

Dépouillement définitif des Archives paroissiales puis
municipales de Rocquencourt entre 1672 et 2000

1) Tous les actes ont été relevés et transcrits sur feuilles spéciales, y compris les années 1914 à 1939 que la loi autorise maintenant à consulter. De plus, les décès ont été relevés pour l'ensemble du 20ème siècle (ce qui est autorisé également). Le 21ème siècle n'a pas été abordé.

Naissances
Mariages
Décès
17ème siècle
371 (12,8/an)
99 (3,4/an)
475 (16,4)
18ème siècle
848 (9,5/an)
247 (2,3/an)
990 (9,9/an)
19ème siècle
640 (6,4/an)
229 (2,3/an)
503 (5,0/an)
20ème siècle (jusqu'à 1967)
233 (3,5/an)
149 (2,2/an)
229 (3,4/an)
20ème siècle (après 1967)
1000 (30,3/an)
411 (12,5/an)
468 (14,2/an)

Soit un total de 6.993 actes (sans compter les divorces et les promesses de mariage).

2) Les actes ont ensuite été saisis dans le programme de généalogie Hérédis afin de détecter (et corriger) des erreurs, d'en tirer statistiques, arbres, relevés divers.

3) Quelques statistiques en date du 10/1/2019 (entrées dans Hérédis) :

Nb. d'individus
Nb. de noms différents
Nb. de lieux cités
17ème siècle
1992
922
12
18ème siècle
5032
2073
79
19ème siècle
3409
1437
384
20ème siècle
3623
2178
711

Ce qui fait un total de 14.056 individus répertoriés, sauf les doublons à éliminer (ceux qui ont vécu à la fin d'un siècle et au début du suivant) ; ce sera le prochain travail à accomplir.

Quand Rocquencourt était une commune rurale, on ne se mariait pas le dimanche car le curé était pris par les messes le matin et les vêpres l'après-midi. On ne se mariait pas le vendredi car c'est jeune et abstinence. On ne se mariait pas le mercredi car c'est le jour où Judas est allé promettre de livrer le Christ. Comme la fête du mariage était importante, elle durait souvent 2 jours. On ne se mariait donc pas le samedi, coincé entre le vendredi et le dimanche, et on ne se mariait donc pas non plus le jeudi, coincé entre le mercredi et le vendredi. Il restait donc le lundi qui permettait de prolonger les festivités le mardi.

Vérification à Rocquencourt au 17ème siècle : sur 99 mariages on en trouve 17 le mardi (dont 3 avec fiançailles le lundi), 1 le mercredi, 2 le jeudi, 3 le samedi, 5 le dimanche et 71 le lundi ! Sur les 18 premiers mariages du 18ème siècle, la tendance se confirme avec 12 mariages le lundi. Mais sur les 71 mariages du 20ème siècle, il y en a 56 le samedi. Autre temps, autres mœurs !

Familles les plus prolifiques :

17ème s. : 1 ménage avec 15 enfants (Elizabeth BARRE & Guillaume MOULLIN)
18ème s. : 1 "ménage" avec 14 enfants (Charlotte NOBLET & 3 maris)
19ème s. : 1 ménage avec 12 enfants (Marie Elizabeth MOREAU & Bernard COSTERGENT)
20ème s. : 1 ménage avec 9 enfants (Marie Victorine MORIN & Emile Octave BRUNOT)

Quelques faits :

- Urgence : le 28 juillet 1778 : naissance de Jean Baptiste Berthé, le lendemain du mariage de ses parents. Il était temps !

- Chagrin d'amour ? Anne Caré décède le 23 novembre 1684, le lendemain de la mort de son époux, Nicolas Du Pré
.
- Triste record : en 8 ans ½ (de février 1756 à septembre 1764) Jeanne Angélique Anceau née Boivin met au monde 9 enfants dont aucun n'a survécu plus de quelques heures, voire quelques minutes.

- Après la Révolution, l'orthographe des Officiers municipaux laissait à désirer. Par exemple : "Aubergiste" devient "Obergite", "Trente six ans" devient "Tranzis ans" et "Hors d'état" est transcrit "ordeta".

- Super-marraine : les qualités de marraine de Louyse GOURLIER devaient être célèbres car elle a été marraine 16 fois de 1674 à 1691. Etait-elle très pieuse ? Très gentille ? Très riche ? Les trois à la fois ?

-Parfois, un accouchement difficile entrainait plusieurs drames. Ainsi, en janvier 1689, Marie BROQUET nait le 19, décède le 21 et sa mère, Marie CROSNIER, décède le 23. Le père, Jean BROQUET, "consommait" des épouses à une allure … certaine :
- sa 1ère (sans doute !) épouse, Jacqueline BOURGEOIS, décède en janvier 1688.
- il se remarie en mai 1688 avec Marie CROSNIER qui décède donc en janvier 1689.
- il se remarie en août 1689 avec Marie BOUCHERON (mais qui ne décèdera qu'en novembre 1723).

N.B. La date de 1967 est la rupture dans l'évolution de la population avec la construction des grands ensembles : le Parc, Parly 2 puis le Domaine.


Jean-Stéphane BINET-mise à jour: